Fonction achats : 7 priorités pour réussir 2020

Travailler malin et efficacement

Le questionnement de la fonction achats autour de la meilleure manière de faire porter ses efforts se poursuit. En effet, les exigences de l’entreprise sont fortes et les attentes multiples. Pour éviter la dispersion et concentrer son engagement sur les points essentiels, la fonction achats gagne à se fixer une feuille de route. Les 7 priorités proposées à la réflexion des directeurs achats s’inscrivent clairement dans cette perspective.

Il est possible de classer ces 7 priorités proposées, en trois thématiques :

  • L’intelligence et l’efficacité collectives
  • L’optimisation des processus achats
  • L’exploitation des données achats

Fonction achats : intelligence et efficacité collectives

Se focaliser davantage sur le business

La croissance et l’innovation de l’entreprise reposent de plus en plus sur la capacité des principales fonctions de l’organisation, à prendre leur part dans la réflexion stratégique et la coordination de l’exécution. De son côté, pour mieux accompagner le buisiness, la fonction achats doit axer sa relation fournisseurs en recherchant davantage la continuité, la créativité et l’agilité plutôt que les prix les plus bas.

S’intégrer dans la chaîne de valeur

L’image de la fonction achats travaillant dans son coin doit clairement appartenir au passé. La fonction achats moderne doit s’insèrer dans un réseau d’acteurs engagés où la collaboration intelligente est la valeur cardinale. En effet, des relations personnelles et un réel effort de chacun pour mieux comprendre les enjeux des autres métiers alimentent l’intelligence et l’efficacité collectives.

Contribuer à la réputation de l’entreprise

La traçabilité des étapes de production répond à l’exigence sociétale de transparence et d’intégrité de la chaîne de valeur des organisations. Or, une partie parfois importante de la production est assurée chez les fournisseurs et les sous-traitants de l’entreprise.

Dans une logique d’achats responsables, il entre donc dans la responsabilité de la fonction achats de garantir les processus et les provenances, pour les étapes de la supply chain assurées à l’extérieur de l’entreprise. La technologie de la blockchain peut au passage constituer une ressource pertinente pour ce type de tâches.

Fonction achats : optimiser les processus

Automatiser les tâches chronophages

L’automatisation des processus métiers (Robotic Process Automation) est en passe de devenir une ressource clé des projets de digitalisation de la fonction achats. La RPA doit permettre aux équipes d’éliminer toutes les tâches manuelles répétitives à faible valeur ajoutée, comme par exemple le rapprochement des factures.

Le bénéfice de la RPA pour la fonction achats consiste à leur libérer du temps pour augmenter le niveau de réflexion et de conseil des équipes. Ce qui permettra à la fonction achats de mieux travailler avec les autres fonctions !

Progresser en maîtrise des risques

La mise en relation de données, encore trop souvent pilotées dans des processus disjoints, augmente la maîtrise des risques fournisseurs. Une gestion des risques à 360° réunit les données achats, les données de marché et l’analyse financière des comportements des fournisseurs.

Une connaissance objective et complète améliore :

  • La prévisibilité des dysfonctionnements mineurs et majeurs
  • L’anticipation des répercussions sur l’activité de l’entreprise
  • La définition en amont de procédures correctives

Fonctions achats : efficacité dans l’exploitation des données

Fournir des données de qualité

L’abondance de données est un trésor au bénéfice du succès des organisations. Mais encore faut-il que les data mises à disposition par une fonction soient traitées de manière à les rendre immédiatement utilisables par une autre fonction.

La fonction achats est invitée pour sa part à s’interroger sur sa capacité de traitement des données :

  • Comment recueillir et unifier les données fournisseurs ?
  • Comment détecter et rectifier les erreurs éventuelles ?
  • Sous quelle forme les transmettre à la fonction finance pour optimiser le cycle de gestion des commandes ?

Traquer l’innovation de demain

L’industrie 4.0 repose, à chaque étape de la supply chain, sur le recueil automatisé de données à valeur ajoutée. Ces informations permettent d’anticiper la maintenance des machines, à ajuster de façon agile le niveau des stocks ou encore à faciliter la compréhension des attentes des clients.

Dans le même esprit, nichées dans les catalogues des fournisseurs, certaines idées et tendances pourraient être mieux captées. La fonction achats doit se donner les moyens d’identifier de manière systématique les sources de l’innovation et de faire gagner ainsi à l’entreprise un temps précieux.

En conclusion, la contribution de la fonction achats est attendue sur l’ensemble des impératifs stratégiques de l’organisation. L’image de la fonction achats isolée et préoccupée seulement par le fait de « casser les coûts » n’est plus d’actualité.

Aujourd’hui, la fonction achats est assise à la même table que les autres fonctions pour renforcer la capacité d’innovation et accélérer la prise de décision de l’entreprise. Des technologies existent, qui libèrent les équipes achats de tâches chronophages et apportent un surcroît d’intelligence.

L’avenir de la fonction achats est donc devenu indissociable du futur de l’entreprise.

Suivre MANUTAN sur